Me Connecter

Un frère français au mexique

Le frère Matthieu Boo d’Arc est maintenant dans sa troisième année de stage pastoral au Mexique. C’est une période d’apostolat intense qui a pour but de le former à la vie religieuse et sacerdotale dans le monde. Après sept années passées dans une maison de formation, le changement a été radical : il s’est retrouvé immergé dans l’apostolat, concrètement dans une école privée de la zone ouest de Mexico, en tant que formateur et accompagnateur spirituel des jeunes. Au cœur de son apostolat :  son travail avec les jeunes de l’ECyD.

 

Ce stage apostolique est passionnant et très intense : je dédie une bonne partie de ma journée à l’accompagnement spirituel des élèves (à partir de 11 ans) et le reste à l’organisation et à l’animation de l’ECyD, notre club de jeunes. Je suis responsable de la formation intégrale de presque 200 enfants de 11 à 17 ans : s’assurer que l’école ne sert pas seulement à remplir des cerveaux mais surtout à former des hommes chrétiens authentiques, convaincus de leur foi et bien formés pour transformer leur pays selon les valeurs de l’Évangile.

 

Pour cela, l’école organise de nombreuses activités de formation dans tous les domaines. Au niveau intellectuel, les concours nationaux entre les 106 écoles de la congrégation au Mexique et les différents concours d’oratoire, sciences, etc. Au niveau humain, l’élaboration d’un programme de formation humaine (ma mission), et des semaines thématiques suivant les vertus les plus importantes pour un élève.

 

Au niveau spirituel, le programme est très dense aussi : la communion quotidienne, la confession et la messe du premier vendredi du mois, l’accompagnement spirituel, l’animation des fêtes liturgiques, l’ECyD, les classes de religion catholique qui font partie du cursus, etc.

Au niveau social et apostolique, chaque mois les élèves doivent nécessairement réaliser un apostolat ou un temps de volontariat. Personnellement, j’organise aussi de nombreuses sorties en missions d’évangélisation, volontariat auprès des malades pour les jeunes qui le souhaitent.

 

Le sport n’est pas oublié : au Mexique, les cours ont lieu de 7h30 à 14 h30. L’après-midi est dédié au sport et aux activités culturelles extra-scolaires. L’école organise pour les élèves une vingtaine d’activités sportives différentes. Et la motivation est grande : fin octobre, comme chaque année, aura lieu le Tournoi de l’amitié. C’est la compétition amateur la plus importante du monde où concourent les élèves des écoles légionnaires du Mexique et d’Amérique centrale. Plus de 8 100 athlètes (en comparaison, les jeux olympiques de Londres 2012 en comptaient 10 500 !), qui se rencontrent tout au long de cinq jours de compétition dans différentes disciplines. La particularité de ce tournoi, c’est l’ambiance que l’on y respire. La vie spirituelle, l’amitié, les sacrements y sont au premier plan. La coupe la plus prisée est d’ailleurs la Coupe de l’amitié, concédée à la délégation au sein de laquelle règne la meilleure ambiance, le plus fort esprit d’équipe et de respect. L’année dernière, mon école a eu l’honneur de la remporter !

 

Pour vivre ce riche apostolat, je ne suis heureusement pas seul. Je vis au sein d’une communauté légionnaire de 15 frères et pères, dans une grande maison non loin des écoles dans lesquelles nous travaillons. C’est vraiment une grâce de pouvoir partager la vie commune avec mes frères légionnaires, les joies et les difficultés du combat quotidien pour gagner des âmes pour le Christ. Au milieu de l’apostolat, nous restons des religieux, avec la prière en commun, des temps de formation et de détente tous ensemble. Le fait de pouvoir échanger, entre les frères des différentes écoles, nos expériences et des « trucs » pratiques d’apostolat m’aident beaucoup.  

 

En bref, le Seigneur a été bon pour moi : quoi de plus beau que de voir des enfants se rapprocher du Christ et se donner aux autres pour étendre son Règne ! C’est impressionnant de voir ce qu’un adolescent de 13-14 ans peut mettre en œuvre pour le Christ quand il a expérimenté son amour et l’urgence de la mission !

 

Que Jésus-Christ vous fasse découvrir, à travers ce témoignage, son amour et la grandeur d’une vie dépensée sans réserve pour lui. Ici au Mexique, où Regnum Christi est très développé, je rencontre des laïcs, hommes et femmes « ordinaires », mariés ou étudiants, qui vibrent de passion pour la mission et consacrent leur temps libre, leurs efforts et leurs moyens à transmettre l’Évangile. C’est très édifiant et révèle surtout la puissance du christianisme vécu sans complication et par amour.

 

Comptez sur mon affection en Jésus et priez beaucoup pour moi et pour les enfants qui me sont confiés : si l’on savait la puissance de la prière, l’on passerait notre temps devant le Saint Sacrement !

 

Le frère Matthieu Boo d’Arc est religieux légionnaire depuis maintenant 9 ans. Après deux ans à l’École apostolique de Méry-sur-Marne (77), il est entré au noviciat en Italie en 2008. Il effectue actuellement sa troisième année de pratiques apostoliques à Mexico, dans une école tenue par la congrégation.